AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash here.

Abbaye Bouchemaine avril 2015

 

Anne Morea – Exposition à l’Abbaye de Bouchemaine – 17 avril au 3 mai 2105

L’exposition présente un travail autour de l’arbre et du paysage, continuité dans mes recherches plastiques que j’explore depuis plusieurs années.                                                                                                                                      

C’est la relecture d’un livre « vide et plein » de François Cheng,  qui a orienté ce travail présenté aujourd’hui. Les arbres, je les côtoie tous les jours, là ou j’habite, au sud Loire, et j’aime tout particulièrement les arbres en hiver lorsqu’ils dessinent le paysage. Je me suis attardé sur ce qui se passe au plus près des branches des arbres, leurs évolutions au cours de cette dernière saison. J’ai commencé à dessiner à partir du vide, de l’espace entre les branches, à organiser ce trait  proposé par la nature, à écrire une poésie de l’espace, et à me prendre au jeu des formes.

 Les arbres me parlent, même si beaucoup de choses m’intéressent dans ce monde, que je trouve d’ailleurs particulièrement violent en ce moment. Beaucoup d’artistes dénoncent, dans leur travail, ce monde d’aujourd’hui si particulier mais je ne peux pas, la violence m’est difficile. Aussi, je reste à l’écoute des éléments de notre monde perturbé par les conflits, les incompréhensions, les différences, mais face à cela, j’ai décidé de parler de la nature, de ce qu’elle nous envoie de positif, de ce qu’elle peut apporter à l’Homme, de résonnance et d’équilibre, et de la beauté des instants où la nature évolue. 

 Etre à l’écoute de la nature, c’est profiter de l’énergie des arbres, c’est être à  la recherche d’une vie en harmonie, d’une sérénité.

 J’ai donc travaillé avec l’énergie des arbres, des branches d’arbres,  sans feuilles, et ce ne sont pas des branches mortes, mais des arbres au repos hivernal. Le dessin des branches m’intéresse, aucune n’est semblable, comme chaque trait est différent ; j’ai vu les bourgeons dès février très présents sur les frênes, prêts à éclater, dans l’attente d’une éclosion, de révéler cette force de la nature.

 Pour moi, la nature est source d’équilibre de l’Homme.

 Je travaille à la peinture acrylique, avec des pigments et du liant,  tout en superposant de nombreuses couches très fluides et transparentes, avec ce jeu d’empreintes de peintures qui vont et viennent d’une toile à l’autre.

 L’art est une manière d’écrire, le doute est permanent, la remise en cause, le pourquoi et le comment des choses… Peindre c’est vivre le présent jusqu’à faire corps avec l’oeuvre, c’est prendre le temps de regarder le monde.

 Anne Morea,

Avril 2015